A quelques jours de la grande finale de la première saison du #boostbattlerun, je me suis dis que l’occasion était toute trouvée pour partager avec vous mes quelques réflexions et ma petite expérience sur la course à pieds (ou jogging ou footing ou running selon ton envie…)

IMG_5262.JPG

Gamine, puis adolescente, le sport et moi avons eu une relation façon je t’aime, moi non plus. Accro à la gym puis à la danse modern’jazz, j’ai ensuite tout abandonné pendant de trop nombreuses années. S’en sont suivies quelques années où mon corps n’a pas franchement été mon meilleur ami, je vous en parlais un peu plus en détails ici

Et puis, un jour, moi qui auparavant crachais mes poumons lors des cross scolaires, l’envie m’a prise d’aller trottiner un peu, comme ça, pour voir… Je terminais mes études dans le sud de la France, alors le paysage de bord de mer a grandement aidé à ma motivation, je reconnais. Ca remonte à quelques poignées d’années maintenant alors mes souvenirs sont devenus flous, je ne sais plus bien pourquoi l’envie est restée, pourquoi j’ai continué, mais toujours est-il, qu’une fois revenue à Paris, j’ai pris l’habitude d’aller trottiner aux Jardin des Plantes le matin. (Aller faire des coucous aux petits pandas roux de la Ménagerie, visibles depuis le Jardin était en réalité ma vraie motivation mais chut…)

L’inscription à une première course arrive vite, presque insidieusement. Histoire de donner un peu plus de poids à cette nouvelle habitude prise et qui me réussissait plutôt pas mal… C’était La Parisienne, en septembre 2009. A l’époque je courais à un rythme d’escargot mais ce n’était pas important, (ça ne l’a jamais été d’ailleurs, je m’en remercie tous les jours), l’essentiel était d’être là, de courir, de réussir…

Et puis, au fil des mois, au fil des années, les choses changent… Tu t’achètes de bonnes paires de running (et tu ne dis plus baskets car maintenant tu sais la différence), tu continues à aller courir le dimanche, tu augmentes un petit peu les distances. Mais sans trop forcer, sans trop te faire peur. Il ne faudrait surtout pas t’en dégoûter, maintenant que tu aimes à nouveau courir… Tu télécharges des applications pour suivre tes courses, tu te renseignes tout doucement. Et un jour tu te lances. Une première VRAIE course, un 10km. 10k, cette distance terrible, qui me semblait infaisable quand j’ai commencé à courir. Plus d’une heure de course pour moi, vous imaginez ?

Et pourtant, cette première course, je l’ai faite, j’en ai faite beaucoup d’autres depuis. Avec toujours la même excitation, la même envie de se dépasser. J’ai même couru 15k à Versailles en juin dernier. Et, dans quelques semaines, je vais (j’espère) courir un Semi-marathon… 21,1km… Mon moi d’il y a encore quelques années n’y croirait pas…

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu’aujourd’hui, enfin, après des années, je me sens légitime. Je peux dire que oui, je cours, sans penser passer pour une rigolote, avec mon allure de chaton… Cette légitimité dans le sport n’est pas facile du tout à acquérir, à ressentir, car il faudrait toujours aller plus vite, être plus fort. Je ne cours toujours pas très vite, je ne courrai probablement jamais aussi bien que mes copines qui se sont mises à la course à pieds depuis quelques mois à peine. Mais l’intérêt n’est pas là, il ne l’a jamais été.

IMG_5974.JPG

Chaque jour je me dépasse, je cherche à me faire du bien, à m’améliorer, à me rendre fière, et ça vaut, à mes yeux, toutes les allures du monde. Je suis petite, j’ai le coeur qui bat vite, j’ai les jambes « mal fichues », pour quelqu’un qui prétend courir, je cumule les handicaps croyez-moi, mais pourtant, quand je cours, je me dis que je ne vaux pas moins que les autres… Je suis ma principale rivale et alliée.

Et puis, au milieu de tout ça, au milieu de ces centaines de kilomètres parcourus, depuis septembre dernier, il y a eu la #boostbastille. Et ça a un peu tout changé. J’ai rencontré des personnes qui partageaient la même passion que moi, avec qui je pouvais parler running pendant des heures sans passer pour une extraterrestre. Au départ, des inconnus qui aimaient courir, ce sont maintenant des copains, des amis qui se motivent, qui s’encouragent, qui se dépassent les uns pour les autres.

En bref, « rien ne sert de courir… » le lièvre, la tortue, tout ça, tout ça… Avoir cette envie, cette motivation en soi, avoir des rêves et se donner les moyens, savoir prendre son temps, y aller à son rythme, être fière. Voilà ce que je souhaitais vous exprimer aujourd’hui, vous faire partager…

INPOST_Just_Go

(Source)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

14 Comments on Course à pieds et légitimité

  1. <3<3<3 Très jolis article ma Pauline ! Je suis si fière de toi déjà de voir ton évolution depuis que nous avons commencé à courir ensembles il y a quelques mois ! C'est Clair que la Boost donne les occasion, la motivation et l'assurance, mais Bravo à TOI pour ton endurance surtout

    • @ Marisa : Niveau progrès, tu n’es pas en reste non plus hein et tu as encore pas mal de marge je suis sûre ! 😉
      Et puis l’essentiel est tellement vraiment de se faire du bien, de se faire plaisir, de se rendre un petit peu plus fière de soi… Que les progrès mettent quelques mois ou années… 🙂
      <3

  2. Je pense qu’il tu n’avais pas besoin d’attendre le semi pour être légitime. Je considère que ce n’est pas forcément une question de niveau mais plus d’expérience 🙂 (et ça pour moi tu l’as depuis longtemps).
    Félicitations pour tous ces km parcourus en tout cas!
    Je suis bien jalouse de votre boost bastilles ! En ce moment j’ai une grosse baisse de motivation et je pense que courir en groupe m’aiderait. Vous m’accepterez quand je reviendrai à paris, dis?

    • @ Flo : Non c’est certain, mais ça conforte, ça « formalise », l’idée. Et je suis bien d’accord, ce n’est pas une question de niveau, sinon je n’aurais jamais eu ce sentiment ^^
      Les coups de mou ça arrive, et puis nouveau pays, nouvelle ville et tout et tout, tu as eu pas mal d’autres repères à faire !
      En tout cas, EVIDEMMENT que tu viens courir avec la Boostbastille dès que tu veux hein 🙂 On a même une membre à Dublin qques mois en ce moment, je vous mettrai en contact en cas 😉
      Gros bisous et merci encore pour ton gentil commentaire !

  3. Pour moi tu étais déjà légitime vu que quand tu parles du running, tu as des petites étoiles dans les yeux
    (et aussi parce qu’avec M., vous vous levez le dimanche matin pour aller courir et moi, ca m’impressionne :D)

    Et puis tu as tout compris, en mixant running et yoga ! (comment ça, j’en parle ENCORE ?)

    <3 <3

    • @ matydittout : Oh merci pour ton commentaire ! Et si mon article peut bien servir à quelque chose, c’est de se dire que si je peux, tout le monde peut ^^

  4. Ton article tombe à point !
    Il n’y a pas si longtemps, je pédalais 20 minutes pour me rendre au travail et 20 autres minutes pour rentrer. Sachant que je déjeunais à la maison, je me dépensais en moyenne 1H20 par jour.
    Mais, depuis mon déménagement, je ne suis plus qu’à 63 mètres de mon lieu de travail. Le vélo est rangé dans la cave mais je sens que mon corps a besoin que je me dépense.
    Je me suis dit que je pourrais courir 2-3/semaine pour commencer mais je ne sais pas comment m’y prendre pour commencer progressivement sans me décourager, quel chaussure prendre… Que conseillerais-tu à une débutante ?

    • @ Elie : Merci pour ton commentaire Elie 🙂
      C’est sûr que de passer d’1h20 de vélo par jour à rien du tout, tu dois sentir la différence !
      Je ne suis pas vraiment experte, comme tu vois, c’est venu très très doucement pour moi 🙂
      Pour les chaussures, essaie d’aller dans une boutique pour faire des essais et qu’un vendeur puisse voir avec toi quelle est ta foulée, car selon, il te faudra des modèles différents de chaussures…
      C’est important de prendre de la bonne qualité, mais il n’est pas nécessaire de claquer de suite 150€ si jamais tu n’accroches pas 🙂 Tu peux faire du repérage en boutique, essayer, tester, mais essaie d’acheter sur internet, i-run, lepape, par exemple…
      Ensuite, quant à la course en elle-même, n’essaie pas forcément de suite de te fixer de trop gros objectifs, essaie de partir avec une copine, en papotant un peu peut-être ? Pour que ça ne semble pas infaisable avant même de commencer ^^ Ou si tu peux joindre des petits groupes, c’est encore le mieux !
      N’hésite pas si tu as d’autres questions 🙂

  5. C’est vraiment inspirant! J’attends d’avoir terminé mes derniers examens afin que je puisse me remettre au sport. L’idée de courir me fait très peur (souvenirs horribles d’endurance à l’école, les crises d’asthme qui ont suivi etc), mais peut être que je pourrai essayer un de ces jours. Bises!

    • @ madeleinemiranda : Tu as un planning si chargé déjà, c’est normal de devoir faire des choix selon ses priorités !
      Courir n’est pas non plus le sport ultime, il faut avant tout trouver une activité qui te convienne, te motive, et ne te semble pas « dure » à faire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *