Dimanche dernier avait lieu la course des 10km L’Equipe. Pour cette 4ème édition, plus de 20 000 participants et un parcours entre Châtelet et République, en passant par Nation et Daumesnil…

Départ par vagues entre 10h et 10h40, la course est ultra bien organisée et il est très facile de se glisser dans son sas quelques minutes avant son départ si l’on ne souhaite pas attendre… De mon côté, je suis venue pour 10h car le chéri partait dans la 1ère vague (de mon côté, j’avais sélectionné la dernière 1h et plus car j’avais pour objectif de mettre moins d’une heure, mais le sas précédent, – 55min, allait être bien trop rapide pour moi…), mais le temps a filé très vite, avec une ambiance bonne enfant, le speaker et les coachs.

Sur le site, on nous annonçait un parcours « roulant », propice à établir de nouveaux records personnels… Tu parles ! Des 3 années, ce parcours a de loin été le plus « challengeant » pour moi, pour les autres aussi si je me fie aux avis autour de moi…

10km Equipe 2014

Trois importantes montées, pas mal de faux plats et une grande descente dans le dernier km dans laquelle on se laisse emballer, le parcours rencontrait quelques difficultés réelles…

Place maintenant à mon avis et mon « expérience »… J’en parle plus ou moins ici, mais je me suis mise à la course à pieds depuis bientôt 6-7 ans, de façon plus ou moins sérieuse, plus ou moins assidue… Je pars de loin, croyez-moi ! 1ère course officielle, La Parisienne en 2009 (6km), courue en 48min si je me souviens bien… Je n’étais pas vraiment sportive et je ne suis pas franchement aidée, avec un coeur qui bat très vite… Mais je m’accroche et je me suis toujours réjouie d’améliorer petit à petit mes temps, sans me comparer aux autres…

20140617-165944-61184427.jpg

Depuis 3 ans, je suis passée aux 10km, distance qui me convient pour l’instant le mieux, car les plus longues ont tendance à faire souffrir mes genoux… (Je dis ça, mais je suis inscrite à un 15km fin juin, dans les Jardins de Versailles !). 1er 10km, il me semble que j’avais mis 1h10, à mon rythme, sans souffrir…

Bref… Revenons à nos moutons ! Ce dimanche, mon but était de passer sous 1h. Avouons-le tout de suite, je ne me suis pas assez bien entraînée pour, pas assez sérieusement, du coup je ne partais pas hyper sereine…

Quand nous nous sommes élancés, vers 10h40, j’étais hyper motivée, bien en forme et prête à en découdre… Les 2 premiers km étaient magiques, je n’avais jamais couru aussi vite, je doublais, je me sentais en pleine forme… Si seulement je pouvais tenir ce rythme… Malheureusement, arrivés un peu après le 3ème, nous avons attaqué l’Avenue Daumesnil… Un km de montée, de plus en plus forte, avec au bout, le ravitaillement. J’ai pourtant essayé de ralentir, de respirer, de maîtriser ma foulée mais rien à faire, j’ai terminé cette montée à bout de souffle !

Petite pause au ravitaillement, puis c’est reparti pour les 5 derniers km ! C’est à ce moment qu’un vilain point de côté est venu contrarier mes plans… 🙁 Têtue comme une mule, je ne voulais pas m’arrêter et ai donc passé toute la fin de la course à souffler et m’appuyer sur le côté, espérant le faire partir !

J’avais guetté la meneuse d’allure pendant toute la course, je l’ai doublée rapidement au début, puis elle nous a rattrapés et dépassés au moment du ravitaillement… Ensuite, elle est restée à portée de vue mais la distance entre nous augmentait, en même temps que mon moral qui flanchait…

Dernière montée au 8ème km, dernier km de souffrance avant la grande descente du 9ème km ! A ce moment-là, je ne maîtrisais plus rien, j’ai tant bien que mal essayé de continuer à avancer, avant de me laisser porter par la descente… Les derniers mètres approchent, je suis à bout, mais je vois la meneuse d’allure qui se rapproche, j’entends le speaker annoncer qu’on arrive à l’heure de course et j’accélère, je double la meneuse d’allure sur les derniers mètres et je franchis la ligne pile au moment où jaillit de la fumée (ou de l’eau, je n’ai pas trop cherché à comprendre), pour marquer l’heure !

58,50 selon mon coach Nike, 59,47 selon mon père, au final mon temps officiel sera de 59min et 41sec ! J’ai souffert mais j’ai réussi à passer sous la barre des 60min !

20140617-165944-61184641.jpg

Certes, ce temps n’est pas fou comparé à d’autres, mais je sais bien que je ne ferai jamais aussi bien et je ne le cherche pas… Comme pour tout, nous sommes plus ou moins douées et ça me va… Tant que je m’améliore, tant que je vais au bout et que je me dépasse. Je suis ma propre adversaire, et ma propre coach !

A mon niveau, le running, et le sport en général, a vraiment pris un rôle important dans ma vie, me permet de me défouler, de me rendre fière et de m’aider à aimer de mieux en mieux mon corps et qui je suis… C’est un travail de longue haleine, mais les bénéfices n’en seront que plus permanents et importants, j’en suis sûre !

(Quart d’heure introspection off) Prochaine étape : Les 15km de la course Go Sport Running Tour au Château de Versailles à la fin du mois. Et très certainement les 10km Nike Centre dès que les inscriptions seront ouvertes

Certain(e)s d’entre vous ont-il aussi couru les 10km L’Equipe ? Quels ont été vos ressentis ? Avez-vous battu votre record ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

10 Comments on 10km L’Equipe : mon retour sur la course

  1. Je me lance aussi dans la course à pieds, au mieux 2 fois par semaine, et c’est tellement agréable de voir les progrès si rapidement!
    Tu parles d’une pause pour le ravitaillement : vous arrêtez de courir, ou on vous « nourrit » pendant que vous courrez ?

    Et encore félicitations pour cette victoire sur toi-même !

    • @ Elizabeth : C’est top 2 fois par semaine ! Alors ça dépend de chacun pour le ravitaillement, mais tu as de longues tables avec eau, fruits secs ou autre à disposition, certains s’arrêtent carrément, moi je prends et je marche le temps de boire, sinon je m’étouffe ^^ Mais sur 10km, beaucoup ne s’arrêtent pas du tout…
      Merci !!

  2. Et comme toi, j’ai un petit soucis qui n’aide pas trop pour le sport : j’hyperventile… càd que les poumons et le coeur sont souvent totalement épuisés, fracassés par une côte à vélo alors que les jambes pas du tout. Je comprends encore mieux ton sentiment victorieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *