A défaut d’un Challenge ABC misérablement abandonné, j’ai décidé de reprendre l’habitude de chroniquer mes lectures. Elles seront toutes réunies sur la page « Mes lectures ».

Inaugurons donc cette page avec certainement mon coup de coeur de l’été, voire de l’année, La Couleur des Sentiments, de Kathryn Stockett.

Résumé : Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot. Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié ; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Mon avis : Lire un livre plusieurs mois après sa sortie, quand on sait qu’il a déjà rencontré un grand succès, peut être une opération hasardeuse. Souvent, on en attend trop et on peut être déçu. Cette fois-ci, aucun risque, La couleur des sentiments (The Help en anglais, bien moins mièvre au passage) m’a complètement emballé et je pense tenir là une de mes lectures préférées de l’année.

Le lecteur est immédiatement plongé dans l’ambiance du Mississippi des années 1960, avec ses problèmes de racisme et de ségrégation. Au milieu de tout cela, des personnalités au caractère bien trempé, des femmes fortes qui essaient tant bien que mal de s’en sortir dans une société pas très jolie, ni très égalitaire.

Cependant, aucune mièvrerie, aucun cliché à reprocher à ce roman. L’alternance des trois protagonistes permet de comparer et compléter les points de vue. Les personnages sont tous très bien dépeints, horriblement attachants ou à l’inverse terriblement horripilants. Malgré un contexte très lourd, le roman sait toujours rester fin et léger.

En bref, une lecture que je vous recommande plus que chaudement.

Et, nouvelle qui m’a fait extrêmement plaisir, une adaptation de ce film a déjà été faite. Il sortira le 26 octobre prochain ! La B.A est très prometteuse, voyez plutôt :

A très vite, pour d’autres critiques !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

15 Comments on « La couleur des sentiments », de Kathryn Stockett

  1. Le titre en anglais est d’autant meilleur que la traduction française ne réflète absolument pas cette réification de la domesticité et y introduit un concept sentimentalo-mièvre qui n’a que faire dans ce roman.

    Je n’ai pas lu la traduction mais c’est un très beau livre que des recherches historiques et sociologiques poussées servent parfaitement.

    • @ B. : Que veux-tu, on croit qu’il faut forcément ajouter de la mièvrerie ou tout autre sentiment galvaudé pour donner envie aux française de lire … 🙂
      Je suis contente que tu l’aies autant aimé que moi.
      Bises

  2. Voilà un livre qui me tente depuis sa sortie…mais vu la pile que j’ai à lire, je ne l’ai toujours pas acheté…le film me tente aussi mais j’avoue que je préfère lire le bouquin avant de voir le film…Dilemne dilemne…courir acheter le livre? renoncer au film? voir le film avant de découvrir le livre? J’avoue que je ne sais pas encore!

  3. Tu touches un point sensible, j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce livre (et j’attends le film avec impatience, cela va sans dire !). Je ne l’ai malheureusement lu qu’en français et aimerais bien remédier au problème, il a l’air tellement mieux dans sa langue d’origine, et ton billet le confirme encore… Il faut dire que la mièvrerie n’est pas du tout ma tasse de thé mais elle ne m’a pas repoussée ici, alors si c’est encore mieux en anglais, je m’y mets ASAP !
    Je t’embrasse ma belle.

    • @ Livy : Oh mais moi aussi je l’ai lu en français ! Je n’avais pas le choix dans ma bibliothèque ! Mais le lire en anglais plus tard est une excellente idée 🙂
      Gros bisous

  4. J’avais déjà entendu parler de ce livre, et il m’avait bien donné envie de le lire.
    La bande annonce m’a définitivement convaincu !
    (J’suis la spécialiste des livres lu juste avant la sortie du film :))
    Je pense que ce serait un titre qui m’accompagnera pendant mon voyage, histoire de m’accompagner pendant les 24 heures de vols qui m’attendent (2x12h AR !)!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *